Lamborghini Miura P400 S 1970

Lamborghini Miura P400 S 1970

Caractéristiques

Moteur 12 cylindres en V
3.9 l 370 cv 285 kmh

La Lamborghini Miura est considérée, à juste titre, comme la première vraie supercar de l’histoire. Ferruccio Lamborghini créateur de la marque était à l’origine un bon client de Ferrari, fabriquant de tracteurs agricoles de son état. Insatisfait de la qualité des produits de Maranello, il décida de créer sa propre marque en 1963. Le premier modèle fabriqué sera la 350 GT de conception assez traditionnelle.

C’est avec la Miura que la marque se fera réellement connaitre mondialement en créant l’évènement au salon de Genève 1965.

Pour la conception de l’engin, Lamborghini fera appels aux meilleurs spécialistes italiens de l’époque, Gian Paolo Dallara et Giotto Bizzarii pour le châssis et la mécanique et Marcello Gandini, jeune désigner chez Bertone, pour la carrosserie.
Un moteur 12 cylindres en V disposé transversalement en avant des roues arrière et accolé à la transmission 5 vitesses, permet une répartition des masses idéales. La voiture est au niveau châssis proche d’un proto de compétition. Cette voiture restera jusqu’en 1973, année de la fin de sa production, la voiture de série la plus rapide du monde.

La voiture est particulièrement basse, sa ligne époustouflante et ses performances hors du commun (280kmh en 1966) va convaincre de nombreuses célébrités de l’époque d’en faire l’acquisition, malgré son prix élevé.

Cet exemplaire à l’historique connu, de couleur Arancio Miura a été livré neuve en 1970 à l’importateur allemand de la marque. Il s’agit de la version S série 2 à laquelle de nombreuses améliorations au niveau du châssis et de la mécanique avaient été apportées au cours de la production. Sur les 674 exemplaires produits au total, seuls 140 furent des versions S. La SV lui succédera, un peu plus puissante, mais malheureusement esthétiquement moins pure.

Après quelques années, la voiture toujours équipée de son moteur d’origine, a été importée en France ou son propriétaire lui a offert une restauration dans les règles de l’art. La carrosserie a été confiée à la très connue carrosserie Lecoq quant à la mécanique, elle est passé dans les mains du spécialiste des Miuras Edmond Ciclet.

Lamborghini Miura P400 S 1970

Caractéristiques

Moteur 12 cylindres en V
3.9 l 370 cv 285 kmh

La Lamborghini Miura est considérée, à juste titre, comme la première vraie supercar de l’histoire. Ferruccio Lamborghini créateur de la marque était à l’origine un bon client de Ferrari, fabriquant de tracteurs agricoles de son état. Insatisfait de la qualité des produits de Maranello, il décida de créer sa propre marque en 1963. Le premier modèle fabriqué sera la 350 GT de conception assez traditionnelle.

C’est avec la Miura que la marque se fera réellement connaitre mondialement en créant l’évènement au salon de Genève 1965.

Pour la conception de l’engin, Lamborghini fera appels aux meilleurs spécialistes italiens de l’époque, Gian Paolo Dallara et Giotto Bizzarii pour le châssis et la mécanique et Marcello Gandini, jeune désigner chez Bertone, pour la carrosserie.
Un moteur 12 cylindres en V disposé transversalement en avant des roues arrière et accolé à la transmission 5 vitesses, permet une répartition des masses idéales. La voiture est au niveau châssis proche d’un proto de compétition. Cette voiture restera jusqu’en 1973, année de la fin de sa production, la voiture de série la plus rapide du monde.

La voiture est particulièrement basse, sa ligne époustouflante et ses performances hors du commun (280kmh en 1966) va convaincre de nombreuses célébrités de l’époque d’en faire l’acquisition, malgré son prix élevé.

Cet exemplaire à l’historique connu, de couleur Arancio Miura a été livré neuve en 1970 à l’importateur allemand de la marque. Il s’agit de la version S série 2 à laquelle de nombreuses améliorations au niveau du châssis et de la mécanique avaient été apportées au cours de la production. Sur les 674 exemplaires produits au total, seuls 140 furent des versions S. La SV lui succédera, un peu plus puissante, mais malheureusement esthétiquement moins pure.

Après quelques années, la voiture toujours équipée de son moteur d’origine, a été importée en France ou son propriétaire lui a offert une restauration dans les règles de l’art. La carrosserie a été confiée à la très connue carrosserie Lecoq quant à la mécanique, elle est passé dans les mains du spécialiste des Miuras Edmond Ciclet.