Aston Martin DB4 Serie II 1960

Aston Martin DB4 Serie II 1960

Caractéristiques

  • Moteur 6 cylindres en ligne 3,9 l 240 cv

 

  • Un des 49 exemplaires produits en conduite à gauche

La DB4 se démarque par une classe naturelle empreinte de sportivité retenue, c’est un véritable chef d’oeuvre d’harmonie. Avec sa face avant menaçante et aguicheuse à la fois, sa ceinture de caisse basse est fluide, ses grandes roues Borani à rayons, son arrière fuyant, l’Aston DB4 reste l’une des plus belles, sinon la plus belle réalisation de l’ère David Brown.

Si les DB2 étaient étroitement dérivée de voitures de course, la DB4 ne doit quant-à-elle plus grand chose à ses sœurs œuvrant en compétition. Le châssis laisse la place à une nouvelle structure très largement rigidifiée de type Superleggera, sur laquelle est posée carrosserie en aluminium.

L’objectif affiché est clairement le Grand Tourisme, avec la notion de confort dorénavant intégrée dans le cahier des charges, à l’image de la boîte de vitesses synchronisée et du raffinement de l’habitacle.

La série II corrige les défauts moteur, notamment de refroidissement, affectant les série I, tout en maintenant la ligne superbe soulignée à l’arrière par les feux verticaux dits « cathédrales », qui seront abandonnés sur les séries suivantes.

Assurément la plus désirable des 5 petites séries produites, 1110 exemplaires au total.

Cette voiture vient de recevoir une restauration totale de la carrosserie en bleu foncé.

Elle est matching number comme attesté par le certificat délivré par le British Héritage trust.

Aston Martin DB4 Serie II 1960

Caractéristiques

  • Moteur 6 cylindres en ligne 3,9 l 240 cv

 

  • Un des 49 exemplaires produits en conduite à gauche

La DB4 se démarque par une classe naturelle empreinte de sportivité retenue, c’est un véritable chef d’oeuvre d’harmonie. Avec sa face avant menaçante et aguicheuse à la fois, sa ceinture de caisse basse est fluide, ses grandes roues Borani à rayons, son arrière fuyant, l’Aston DB4 reste l’une des plus belles, sinon la plus belle réalisation de l’ère David Brown.

Si les DB2 étaient étroitement dérivée de voitures de course, la DB4 ne doit quant-à-elle plus grand chose à ses sœurs œuvrant en compétition. Le châssis laisse la place à une nouvelle structure très largement rigidifiée de type Superleggera, sur laquelle est posée carrosserie en aluminium.

L’objectif affiché est clairement le Grand Tourisme, avec la notion de confort dorénavant intégrée dans le cahier des charges, à l’image de la boîte de vitesses synchronisée et du raffinement de l’habitacle.

La série II corrige les défauts moteur, notamment de refroidissement, affectant les série I, tout en maintenant la ligne superbe soulignée à l’arrière par les feux verticaux dits « cathédrales », qui seront abandonnés sur les séries suivantes.

Assurément la plus désirable des 5 petites séries produites, 1110 exemplaires au total.

Cette voiture vient de recevoir une restauration totale de la carrosserie en bleu foncé.

Elle est matching number comme attesté par le certificat délivré par le British Héritage trust.